Le Site MobileFacebookTwitter
De l'incinérateur à l'unité de valorisation énergétique
Article créé le 28/01/2019
Accueil / Le Mag / A la une
240 000 Tonnes par an, c'est la capacité totale de traitement de l'incinérateur constitué de 3 fours.
Agrandir l'image 240 000 Tonnes par an, c'est la capacité totale de traitement de l'incinérateur constitué de 3 fours.
Les travaux du réseau de chaleur urbain
Agrandir l'image Les travaux du réseau de chaleur urbain
Le tracé du réseau de chaleur urbain dans les Pyrénées-Orientales
Agrandir l'image Le tracé du réseau de chaleur urbain dans les Pyrénées-Orientales

Par Olivier Descamps

Techni.Cités Janvier 2019 #319

 

Le syndicat de traitement des déchets des Pyrénées-Orientales construit 11 km de réseau pour mieux valoriser l’énergie produite par son unité de valorisation. Et s’associe à Dalkia pour distribuer la chaleur à divers bâtiments dont l’hôpital de Perpignan. Ce premier pas en appelle d’autres.

 

C’est une fois de plus l’histoire de deux problématiques qui se télescopent de plein fouet. Un classique dans le monde du chauffage urbain. D’un côté, un incinérateur de déchets à l’ancienne, qui produit de l’électricité, mais trop peu pour prétendre à la fiscalité réduite dont bénéficient les unités de valorisation énergétique (UVE).

De l’autre, un centre hospitalier énergivore, prêt à se mettre au vert à condition qu’on lui fasse une offre acceptable. Le syndicat départemental de transport et de valorisation des déchets ménagers des Pyrénées-Orientales (Sydetom 66) et l’établissement public avaient donc tout pour s’entendre. Et entre les deux, la construction d’un réseau de chaleur apparaît a posteriori comme une évidence.

L’arrivée à échéance en novembre 2018 du contrat d’obligation d’achat de l’électricité produite par l’installation de traitement de Calce a servi d’étincelle. Dès 2015, le syndicat fait ses petits calculs. Chaque mégawattheure produit rapporte 53 euros contre environ 35 à l’époque sur le marché libre. Si rien n’est fait, 2,8 millions d’euros sont susceptibles de s’envoler chaque année. De quoi bousculer l’équilibre de la délégation de service public !

Au ministère de l’Écologie, la direction générale de l’énergie et du climat annonce la couleur : obtenir un nouveau tarif privilégié est envisageable, mais à condition que cela soit justifié par des investissements (évalués à 840 euros/kW, soit 18 millions d’euros).

À cela s’ajoute la problématique d’une taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) sur le traitement des déchets dont la trajectoire haussière est connue. Seule stratégie possible : atteindre un coefficient de performance énergétique supérieur à 0,65. Pour améliorer le rendement de son installation, le syndicat évalue différentes hypothèses de valorisation de la chaleur.

« Au départ, nous voulions approvisionner quinze hectares de serres à tomates situés à 2 km avec notre chaleur fatale », rapporte Guy Llobet, directeur général du Sydetom 66. Sur le papier, cette option permet de valoriser la température trop faible pour fabriquer de l’électricité et suffit à obtenir le statut d’unité de valorisation énergétique (UVE).

 

VALORISATION ÉNERGÉTIQUE

Mais il y a sans doute mieux à faire. La réflexion se prolonge avec le délégataire de l’installation, Dalkia Wastenergy (ex-Tiru) et les collectivités locales. D’autres demandes potentielles sont évaluées. L’UVE est susceptible de produire chaque année 31 000 MWh, soit 26 500 MWh en bout de ligne compte tenu des pertes – il faut parcourir 11 km jusqu’aux portes de Perpignan.

L’hôpital de la ville (lui aussi client de Dalkia) est rapidement identifié, avec une consommation potentielle de 18 000 MWh. Il décide de lancer une consultation mi-2017 afin de trancher avec un autre projet de chaleur renouvelable sur le territoire, à partir de biomasse. Compétitif, le Sydetom 66 emporte la mise et peut donc affiner son projet, et une puissance de 17 MW est définie. L’installation nécessite d’abord une mise aux normes, pour 7 millions d’euros financés par une augmentation de 2 euros par tonne incinérée.

Le syndicat assure ensuite la maîtrise d’ouvrage du réseau de 11 km (via un marché de conception réalisation confié à l’entreprise Spiecapag). Le budget de 12,5 millions d’euros est financé par la vente de chaleur, avec le soutien de l’Ademe (2,7 millions d’euros) et de la région (1,7 million d’euros). À noter aussi 900 000 euros d’avances remboursables grâce à un nouveau dispositif imaginé par l’Ademe pour prendre en compte l’évolution des prix du gaz.

 

FAISABILITÉ DES TRAVAUX

Au-delà d’une station d’échange entre le réseau de transport et celui de distribution de la chaleur, construite sur le parc de Toremilla, c’est à nouveau Dalkia qui prend le relais pour créer et exploiter le réseau de distribution de l’hôpital.

« Nous sommes partis du projet de l’hôpital, puis nous avons trouvé d’autres consommateurs structurants car quand on crée un réseau, l’idée est qu’il soit le plus dense possible », explique Serge Burtin, directeur de Dalkia Méditerranée. Parmi eux : un chocolatier, une clinique privée, mais aussi une piscine et deux groupes scolaires.

Le premier raccordé devrait être l’industriel en mars 2019. Il faudra attendre juillet pour l’établissement hospitalier dont le raccordement est plus complexe du fait de la présence d’une voie ferrée et d’une autoroute. « Les difficultés ne sont pas tant techniques qu’administratives », poursuit Serge Burtin. Les exploitants de ces infrastructures doivent en effet rendre un avis sur les conditions de faisabilité des travaux.

 

CYCLE THERMODYNAMIQUE

Alors que la communauté urbaine de Perpignan a désormais la compétence énergie et qu’elle travaille sur un schéma directeur, la prochaine étape devrait être de desservir des quartiers de la ville grâce au chauffage urbain. « Compte tenu de la taille de l’UVE, on peut monter en puissance », ajoute Guy Llobet. C’est bien sûr la collectivité et son délégataire qui arbitreront entre l’énergie de récupération et les renouvelables. De son côté, Dalkia a aussi pris les devants en surdimensionnant la portion de réseau qui traversera les deux infrastructures.

Parallèlement, le projet de serres à tomates qui a permis de lancer la réflexion initiale devrait voir le jour d’ici à 2020. Il valorisera comme prévu une partie de la chaleur fatale à basse température. L’entreprise Rougeline qui le porte pourrait créer au passage 150 emplois non qualifiés. Enfin, le syndicat espère bien signer un nouveau contrat de quinze ans pour vendre l’électricité qui continuera à être produite par l’installation (en quantité légèrement inférieure).

D’un côté du réseau comme de l’autre, cette opération ne devrait pas, par ailleurs, pousser les parties prenantes à réduire leurs efforts pour moins consommer d’énergie et de déchets : l’hôpital a signé un contrat de performance énergétique et le syndicat travaille la question de la collecte obligatoire de biodéchets, et sur un projet de méthanisation.

En dehors de l’industrie, les réseaux de vapeur et d’eau surchauffée à haute pression ont fait long feu. Conforme aux standards en vigueur, c’est une eau avoisinant 100 degrés que l’unité de valorisation énergétique de Calce enverra au local d’échange avant qu’elle ne soit distribuée. Mais c’est du chaud et du froid que va souffler le réseau grâce à la trigénération, projet également porté par Dalkia. Le centre hospitalier utilisera en particulier un groupe à absorption qui crée un cycle thermodynamique pour produire du froid. Le bouquet énergétique de l’établissement devrait ainsi atteindre 90 % d’énergies renouvelables et de récupération.

 

L'ESSENTIEL

  • Valoriser la chaleur de l'incinération était une condition pour continuer à bénéficier d'un tarif d'achat d'électricité privilégié et d'une fiscalité réduite sur les déchets
  • La chaleur de récupération s'est avérée plus compétitive que la biomasse pour alimenter l'établissement hospitalier de Perpignan
  • Le Syndicat devrait aussi dans les années à venir valoriser la chaleur perdue à basse température
SYDETOM66
SYDETOM WEBTV
Facebook Twitter
Site Mobile
Zone de téléchargements
Sydetom en photos
Espace collectivités
Marchés publics
Contact & Accès
Découvrez le site du compostage
Consultez notre charte de protection des données personnelles
Crédits Photos : Yann Le Borgne - JR PAC Photography - Marcel Pixel